Assurance emprunteur : c’est quoi la moins chère ?

que choisir assurance pret immobilier;  assurance pret immobilier axa avis;  classement assurance emprunteur 2017;  classement assurance pret immobilier;  comparateur assurance pret immobilier;  allianz assurance pret immobilier avis;  assurance adi pret immobilier;  assurance pret cic avis;

assurance emprunteur le bon choix

Assurance emprunteur 2018

souscrire une assurance pour son credit immobilier , ne demande pas d’instruction particulière. En effet, si la négociation fait rage chez le banquier, en évoquant les échéances de prêt, l’assurance emprunteur n’est pas encore un « produit négociable ».

En revanche, les courtiers en crédit immobilier, l’ont bien intégrée depuis la loi Hamon, puis la loi Sapin, et enfin  la loi Lagarde ont apporté leur pierre à l’édifice.

Entrée en vigueur en janvier 2018, la délégation d’ assurance n’est plus un mot tabou.

Assurance emprunteur : fonctionnement

Cela vaut quelques explications : L’ assurance dans le cas, de décès par exemple, parle d’elle même. Chacun comprend que le contrat d’ assurance emprunteur couvre le risque du décès de l’emprunteur. Dès que cette condition se réalise, comme disent les assureurs, l’ emprunt immobilier sera remboursé pour le capital restant au jour du décès. On parle aussi de prise en charge de la garantie décès qui couvre ce risque.

Dans le cadre, des incapacités temporaires, appelés aussi arrêt de travail, l’assurance emprunteur rembourse votre emprunt, dès que les conditions sont remplies. Par exemple, pour un arrêt de travail, l’assurance prendra en charge les mensualités si l’arrêt de travail court plus de 90 jours. Autrement vous serez indemnisés à partir du 91 ème jour.

Assurance emprunteur: conditions particulières

Bien entendu toutes ces conditions sont exposées dans l’ offre de prêt au moment de la souscription du prêt. Votre banque insistera sur les points essentiels dont je viens de parler.

Mais souscrire une assurance emprunteur, ne s’arrête pas à ces considérations. Je devrais dire ne s’arrête plus à ces considérations, car, le monde de l’assurance est entré en concurrence.

Les banques proposent toujours l’ assurance emprunteur intégrée dans leur offre, mais l’emprunteur, peut explorer le marché de l’ assurance, à la recherche de la meilleure offre. Pour ce faire, il faudra pousser la porte de l’assureur en ville ou encore courtier en assurance.

Il vous proposera une assurance, qui aura la particularité de répondre au plus près de vos besoins, et en plus ou en moins devrais  je dire, la cotisation diminue avec le capital restant dû, ce qui est appréciable.

En revanche, la cotisation sera revalorisée à chaque date anniversaire de votre âge. L’index est différent d’une assurance à l’autre, selon la concurrence.

Qui dois je rencontrer ?

L’embarras du choix, ne devrait pas nuire. Tout d’abord, votre assureur habitation,  doit être en mesure de vous présenter son offre. En général, cette offre suivant la compagnie d’assurance est complète et  à un prix étudié. Ensuite sera t il possible de se revoir pour une négociation plus affinée ? à voir !

Les courtiers

Le courtier en assurance se confond le plus souvent avec le courtier en credit immobilier. Dans ce cas les études se simplifient, car le coût de la mensualité s’apprécie pour son coût total.

Plusieurs enseignes sur le marché s’exposent. Qu’ils s’agissent des courtiers en credit immobilier tels Empruntis, Cafpi, ou meilleurtaux qui s’apparentent aux agences bancaires.

Qu’il s’agisse des courtiers en credit et courtiers en assurance dits indépendants. Ceux ci  se déplacent à domicile, ou encore traitent à distance ou en ligne, assurant des tarifs libérés des charges fixes.

Par exemple le courtier KG Credit possède un réseau de courtiers en credits immobiliers indépendants, dans toute la France et les Dom Tom. Comme je vous disait à l’instant la compétence du courtier s’étend aussi au courtier en assurance et enfin  au courtier en regroupement.

Que dois je choisir ?

Dans tous les cas, votre objectif ne doit pas s’éloigner de la meilleure couverture en matière de risque. C’est le plus important au moment de négocier. A priori, il faut regarder les risques principaux et la notion de prise en charge. Ensuite, et ici le diable se cache dans les détails, les conditions particulières qu’il faut examiner avec soin.

Il peut s’agir, de la carence, de la franchise, de la notion d’incapacité également.

A ce sujet, l’assureur ne couvre pas le risque d’incapacité temporaire quand la clause prévoit que l’emprunteur ne pourra prétendre à la prise en charge, s’il est considéré apte à une autre activité professionnelle, que celle habituelle.

Apte à une autre activité

Cette nuance fait sursauter. J’ai souvent cité le cas d’un coiffeur qui se découvre allergique aux produits utilisés pour les shampoings. Après une prise en charge de quelques mois, il fut convoqué chez un médecin dans la localité. Ce medecin conseil est déléqué par l’assureur . C’est à dire agrémenté par l’assureur pour fonder son diagnostic. La réponse fut laconique : incapacité reconnue dans le cadre de son activité professionnelle, mais apte à une autre activité professionnelle.